Culture Nordique

Kulturnordik

La décoration scandinave a le vent en poupe!

Un sujet un peu plus léger pour notre come-back après une absence de quelques semaines : un billet d’humeur sur la décoration!

En effet, oubliée la (très très) lointaine époque où les vikings remontaient la Seine afin d’assiéger Paris! Maintenant, les Scandinaves débarquent et les clients en redemandent. 🙂

Dans les magasins  et magazines de décoration, l’inspiration du Nord est partout : du vintage années 50-60 de célèbres designers danois aux meubles en bois clair.

Prenons par exemple le catalogue « Maisons du Monde » qui célèbre les 20 ans de la marque : http://www.maisonsdumonde.com

La gamme « Origami » qui tel que son nom ne l’indique pas est « un thème nordique tout de bois blond avec des teintes nordiques » « et des motifs géométriques typiquement scandinaves ». On veut bien acquiescer pour le « bleu comme l’eau des fjords » mais pour les motifs…??

Avec un fauteuil Iceberg et une suspension Laponie, le décor est planté! Quelques pages plus loin, une autre collection avec « les codes du vintage nordique« …oui..mais revisités!  On continue à feuilleter et s’ égrènent « Andersen », « Scandinavie », « Kirsten », « Fjord » ou encore « Stockholm » Avec ce résumé en quelques mots : « Lumineuse et naturelle, la tendance nordique à la joie de vivre »

Ou encore la collection  « Norwegian wood : bois blond, meubles blanc neige, la recette du bien être à la scandinave »

Bien être à la scandinave? Le fameux HYGGE dont les librairies regorgent de bouquins de coachs vous distillant leurs « secrets » : ambiance tamisée, bougies et thé brûlant.

Exit le COSY! Maintenant, pour être à la mode ou à la page, ça doit être Hyggelig!

Il y a peu, c’est l’émission Capital sur M6 qui consacrait un reportage sur l’enseigne Søstrene Grene, la boutique danoise, qui a ouvert à Nantes en novembre dernier.

2016-11-29_23h00_33

Le Scandinavian way of life fait vendre !

Jour Polaire en Laponie Suédoise

suede-laponie-sept-oct-2014-145

Pour ceux qui suivent l’excellente série noire franco-suédoise « Jour Polaire » diffusée sur Canal, l’intrigue se situe en Laponie suédoise et plus particulièrement autour de la ville de Kiruna. Celle-ci est née  d’un projet architectural colossal : la construction d’une ville nouvelle située dans l’extrême nord de la Suède, dans un lieu qui était totalement inhabité. En effet à la fin du XIXe, un bassin ferrière très vaste a été découvert à l’emplacement de la ville actuelle de Kiruna. La mise en service des mines dans cette région quasi-désertique (excepté la présence de samis éleveurs) date de 1899. Ce gisement jouit d’une exceptionnelle concentration (teneur du minerai en fer de 60%) qui a conduit à la construction d’une voie ferrée en 1903 reliant Kiruna au port norvégien de Narvik d’où est exporté le minerai. En 1900, les plans de la ville de l’architecte Per Olof Hallman (1869-1941) ont été acceptés. Gustav Wickman (1858-1916) a lui été chargé de dessiner les villas des directeurs et ingénieurs, les habitations des quartiers ouvriers ainsi que les infrastructures urbaines telles qu’écoles, hôpital, piscine, etc. La gare de Kiruna ainsi que sa réalisation la plus connue, l’église de Kiruna, sont toutes les deux construites dans le style art nouveau scandinave. Cette dernière est nettement influencée par les stavkirker norvégiennes tant dans la forme que par l’utilisation du bois et de la décoration intérieure. (Cf photo) Ces deux bâtiments pourraient bien disparaître prochainement… En effet, après plus d’un siècle d’exploitation, la plus grande mine du monde menace l’effondrement de la ville de Kiruna et ses 23 000 habitants. Effectivement, la mine devenue souterraine depuis 1965 est longue de quatre kilomètres sur 80 mètres de large et plonge à 2000 mètres sous la surface. Les galeries qui s’étendent sur plusieurs centaines de kilomètres si elles devaient encore s’accroître menaceraient la ville mais la fin de son exploitation signerait l’arrêt de mort économique de Kiruna.La compagnie LKAB exploitante et la municipalité ont donc décidé en 2009 de reconstruire la ville quatre kilomètres plus loin. Un immense chantier qui s’étalerait jusqu’en 2099 et qui pose la question du déplacement néanmoins prévu de bâtiments historiques comme l’église ou la gare.

 

Herbjørg Wassmo à Caen

herbjorg-wassmo-jpg

A l’occasion du 25ème anniversaire des Boréales – un festival en Nord, la norvégienne, une fidèle, était une nouvelle fois présente en Normandie. Au cours d’un débat riche et intéressant, elle est revenue longuement sur les principales héroïnes de ses romans, des femmes fortes mais qui cachent de profondes blessures liées à leur enfance. D’une voix douce –trahissant son accent du nord de la Norvège- elle a expliqué, par exemple, la genèse de son chef d’œuvre Le livre de Dina, né après un violent cauchemard, une inspiration nocturne qu’elle se devait de coucher sur papier. L’adaptation théâtrale était d’ailleurs jouée à Caen cette semaine.

Herbjørg Wassmo est également revenue sur son livre-documentaire, Un long chemin, réédité cette année chez Gaïa. Avant de se consacrer à l’écriture, la Norvégienne était institutrice et un de ses collègues lui avait alors confié son histoire et celle de ses parents, fuyant à pied la Norvège vers la Suède, en plein hiver et à travers les montagnes enneigées et glacées, pendant la seconde guerre mondiale de peur que les Allemands n’arrêtent le père résistant. Ce long chemin de souffrance physique les mena en lieu sûr mais à quel prix : angelures, doigts et/ou pied amputés. Ce récit, c’est un peu comme l’exorcisme de cette histoire familiale tabou, une vrai « psychanalyse ». « Quelque chose de violent » a indiqué Herbjørg Wassmo.

Si vous souhaitez découvrir ou redécouvrir les ouvrages de cette grande dame de la littérature norvégienne, ils sont publiés aux éditions Gaïa. Bonne lecture!

 

Les Boréales : un Festival en Nord (Littérature, cirque, musique, théâtre, cinéma et expositions)

Quoi de mieux pour débuter ce blog que de vous présenter ce festival dédié à la Kultur Nordik ! 

Si daventure, vous êtes en Normandie en Novembre et que vous êtes passionnés de Scandinavie, alors ne loupez pas la 25ème édition des Boréales ! Le Festival se tient du 17 au 27 novembre   2016 principalement à Caen mais aussi « en région » très élargie puisque des évènements ont lieu pour cette édition dans lex « Haute Normandie » en sus du Calvados, de l’Orne et de la Manche, réunification des deux Normandie(s) oblige…

Cette année la Finlande et l’Estonie sont sous les feux de la rampe mais bien évidemment la Norvège, la Suède, le Danemark ou l’Islande ne seront pas en reste !

Vous y trouverez facilement votre compte avec 150 manifestations : Théâtre (dont la pièce Julia inspirée de celle écrite à la fin du XIXème siècle par le Suédois August Strindberg Melle Julie), Expositions de design estonien, de photographies, Concerts électro-pop, Week-end littéraire avec des auteurs estoniens, islandais (dont le maître du Polar Arnaldur Indriðason), norvégiens     (dont la grande Herbjørg Wassmo), des découvertes culinaires, du cirque, des projections pour petits et grands, des cours de finnois, de tricot, etc.

On vous l’avait dit : il y a en a pour tous les goûts !!

Le programme détaillé est disponible sur le site des Boréales : www.lesboreales.com

 

 

 

© 2017 Culture Nordique

Theme by Anders NorenUp ↑